Séminaire international
PCI et numérique : Transmission, participation, enjeux

Au CFPCI - Vitré

Mardi 8 et mercredi 9 septembre 2015

Motif extrait d'un tissu Vlisco

Quatrième séminaire international du CFPCI
En collaboration avec le laboratoire Geriico (université de Lille III)
Avec le soutien de la direction générale des Patrimoines, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (ministère de la Culture et de la Communication)
Ainsi que le partenariat de l'université nationale de Chonbuk (République de Corée) et de la chaire UNESCO ITEN (université de Paris VIII)

Le patrimoine culturel immatériel, protégé par la convention Unesco de 2003, est par définition un patrimoine vivant, nourri par les communautés qui le portent et continuent de le recréer. Préserver ce patrimoine implique la mise en place d’approches adaptées, participatives et décentralisées, pour assurer à ces communautés de pratique la capacité de continuer à vivre et reproduire leurs activités culturelles. Par conséquent, l'un des principaux défis soulevés par cette convention est la nécessité de proposer de nouveaux outils de sauvegarde et de valorisation du patrimoine permettant de transcrire les cultures orales en respectant leur nature dynamique et participative.

Dans ce sens, le numérique, et notamment le Web 2.0, ouvrent des perspectives prometteuses pour préserver le PCI en respectant la spécificité de ce patrimoine. En effet, ces outils offrent non seulement la possibilité de recueillir différentes traductions d'un élément culturel dans un espace unique d’expression (en respectant la nature participative des éléments patrimoniaux), mais aussi l’opportunité de laisser les transcriptions ouvertes à une nouvelle évolution (en respectant la nature vivante du PCI). Grâce à leur structure ouverte et partagée, les plateformes numériques devraient contribuer à résoudre deux problèmes majeurs en matière de sauvegarde : la contrainte d'une organisation top-down qui est traditionnellement celle des institutions du patrimoine, et les risques de simplification ou de « fossilisation » liés à la documentation et à l’archivage.

Ces dernières années, les applications basées sur la numérisation d'objets culturels (monuments, collections de musées, documents, etc.) sont devenues très populaires. Des expériences ont également été mises en oeuvre dans le champ du PCI, comme i-Treasures (www.i-treasures.eu), E.C.H.I (www.intangiblesearch.it), le projet coréen ichpedia.org ou écossais ichscotlandwiki.org. Cependant, la rencontre entre numérique et patrimoine immatériel n’est pas tout à fait simple. Comment le numérique peut-il intervenir dans les démarches de valorisation d’un patrimoine en respectant sa nature participative et vivante ? Comment ces nouvelles applications peuvent-elles dialoguer avec les démarches d’inventaire conduites au niveau institutionnel ? Comment protéger les droits des communautés dans le cadre de l’enregistrement et de la publication sur Internet de leurs éléments patrimoniaux ?

Ces journées entendent approfondir cette thématique en l’abordant de trois points de vue :


NUMERIQUE ET PARTICIPATION

Les nouveaux outils numériques semblent offrir des solutions innovantes pour faciliter l’engagement des communautés dans la définition de leur PCI. Si des expérimentations sont en cours dans cette direction, elles rencontrent plusieurs obstacles techniques, sociaux et éthiques. Comment convaincre les communautés d'utiliser ces nouvelles plateformes ? Quelles sont les solutions techniques les plus adéquates ? Est-il possible de s’appuyer sur des médias sociaux déjà populaires comme Facebook et YouTube dans une démarche institutionnelle de protection du patrimoine ?


TRANSMISSION, VALORISATION, MEDIATION


Les nouvelles technologies se sont imposées comme le meilleur et le plus fiable support de documentation et d'archivage du patrimoine. L’avantage de ces outils ne consiste pas seulement dans la facilité de conservation et de sauvegarde des informations concernant les éléments patrimoniaux mais aussi dans les opportunités qu’ils offrent pour accéder à ces informations et les valoriser. Quel est l'impact réel du numérique pour la valorisation du PCI ? Quels sont les défis auxquels les projets de valorisation numérique du PCI sont confrontés ?


ENJEUX JURIDIQUES ET ETHIQUES

Ces dernières années, la sauvegarde et la valorisation du PCI ont soulevé plusieurs questions liées aux droits des communautés de pratique. La protection de ces droits devient encore plus complexe avec l’entrée en scène du numérique, qui alimente lui-même de nombreux débats éthiques et juridiques. Comment trouver une médiation entre d'une part le droit d’auteur des communautés et auteurs de documents numériques, et d'autre part le droit d’accès et le besoin de valorisation du PCI ? Quelles solutions adopter pour protéger le droit à la vie privée des membres des communautés sans limiter les possibilités de diffusion de leurs pratiques ?

Itinéraire du CFPCI au centre culturel Jacques Duhammel, où se tiendra le séminaire les mardi 8 (toute la journée) et mercredi 9 (le matin).