La joie des naïfs

À la Maison des Cultures du Monde - Centre français du patrimoine culturel immatériel / Vitré

Du 14 avril au 30 septembre 2018

L’exposition présentée à la Maison des Cultures du Monde à Vitré invite à découvrir des cultures étrangères par le biais de la peinture et à porter un regard neuf sur l’art grâce à une centaine d’œuvres naïves inédites issues d’Amérique du Sud, d’Europe, d’Asie et d’Afrique.

S’il est un art qui symbolise la liberté de la création humaine, c’est bien celui des artistes dits « naïfs », lesquels n’ont pourtant rien de la naïveté enfantine ou d’un dilettantisme du dimanche. Au contraire de leurs confrères initiés, les artistes naïfs ne cherchent pas, en effet, à imiter le monde qui les entoure : ils le créent, dans un geste libéré de toute convention académique.

Des peintures rupestres des premiers hommes au célèbre Douanier Rousseau, sans oublier les œuvres à destinée publicitaire commanditées dès le 17e siècle, l’art naïf, que les Québécois préfèrent appeler l’art « indiscipliné », est si vaste, si généreux qu’il est impossible de lui attribuer une définition universelle comme on pourrait le faire pour le cubisme ou l’impressionnisme. La diversité de la production laisse néanmoins entrevoir un dénominateur commun : l’élan spontané du plaisir de peindre.

Loin de chercher à analyser ou à classer, l’exposition « La joie des naïfs » présentée par la Maison des Cultures du Monde à Vitré s’attache justement à montrer la variété des formes que peut revêtir le plaisir de la création artistique aux quatre coins du monde. Les œuvres mystiques de Katia Medvedia côtoient les premiers travaux de Moke et Emma Valle, des enseignes réalisées par des anonymes jouxtent des œuvres du 19e siècle… Plus d’une centaine d’œuvres provenant d’une vingtaine de pays sont ainsi réunies avec la volonté de faire découvrir des artistes inconnus ou désormais reconnus, des œuvres d’art dont on pourrait croire qu’elles n’en sont pas, des légendes et traditions populaires ou encore des usages de ce medium dans certaines cultures.

Rassemblées par des collectionneurs au gré des voyages et des rencontres, ces œuvres reflètent la passion de ces derniers pour cet art empli de vitalité. Elles invitent le visiteur à se laisser éblouir, comme eux, par la couleur et l’éclat de ces « artistes de la grande espérance […] qui font pousser des fleurs sur le béton », pour reprendre André Malraux. Un message d’espoir bienvenu et rafraîchissant en ces temps incertains.

Reproductions (de haut en bas) :
- Jaime V. Ugha, Pobre Perrito (Équateur)
- André Pierre, Sirein et Agoue (Haïti)
- Moke, Au marché (Zaïre)

Informations pratiques


Exposition du 14 avril au 30 septembre 2018
Vernissage ouvert à tous le vendredi 13 avril à 18h30

Maison des Cultures du Monde - CFPCI
Prieuré des Bénédictins - 2 rue des Bénédictins - 35500 Vitré
Entrée libre - du mardi au dimanche de 14h à 18h

 
 
Autour de l'exposition


> Visites libres et thématiques

> Activités pédagogiques
> Ateliers intergénérationnels

Pour concevoir ensemble votre projet de visite ou simplement obtenir des informations, contactez-nous au 02 99 75 82 90 ou envoyez un mail à : mediation@maisondesculturesdumonde.org